Les recherches De Jim
enracinées en Alsace
Par James R. Dangel

   En ce Printemps 1997, je revenais juste d'Europe...Le temps y était merveilleux, j'y appréciais la nourriture et dégustais le vin aux réunions avec mes cousins. En Alsace, j'ai également rendu visite à des cousins que j'avais déjà rencontré lors de mon séjour en 1995 avec mon père, ainsi qu'à d'autres membres de ma famille plus ou moins éloignés. Avec le cousin de mon père, Ronald Versic de Dayton, Ohio, j'ai visité de  nouveaux cousins (la famille de ma grand-mère paternelle) en un nouveau pays : la  Slovénie. L' histoire slovène de ces cousins est publiée séparement. Ce voyage avait été décidé à  Noël, lorsque j'étais à Paris avec ma fille aînée Laura. Après, avec ma plus jeune fille, Helen, je visitais la France, surtout l'Alsace. Helen est retournée à son université, et je partais à la découverte, durant deux mois, d'autres régions d'Europe avec un forfait ferroviaire.
 

Walter Alexis Dangel
(1921- )
mon père



 
Robert Achille Dangel
(1896-1990)
mon grand-père



 
    Quand je commençais la quête pour mes racines européennes en 1994, j'étais curieux de connaître les lieux où avait vécu mes ancêtres auparavant. Il me semble plus intéressant de visiter des endroits où ma famille a vécu, et souvent vit encore, plutôt que de visiter des sites touristiques. Localiser la famille de grand-père paternel en Alsace était aisé. En effet, nous connaissions la ville exacte de Durlinsdorf. Nous possédons des photos et des lettres et avons ainsi pu situer Durlinsdorf sur une carte. Je ne savais pas d'où la famille de ma grand-mère était originaire jusqu'au jour où je rendais visite à un cousin, en 1995, en Alsace, qui avait un ancêtre Autrichien . Il possédait une carte de Slovénie qui indiquait le nom allemand de Pettau ainsi que le nom slovène, plus récent, de Ptuj.
   Je beaucoup apprécié mes visites en Alsace, où j'ai pu découvrir la maison des parents de mon grand-père, Robert Achille Dangel. J'ai recueilli les information sur l'étendue de la famille qui a vécut et qui vit encore encore au  Sundgau. Le Sundgau est la partie la plus au sud de l'Alsace. Ce n'est pas une région viticole mais pourtant rurale :  il y a de nombreuses fermes avec des vaches. Certains cousins travaillent à Bâle, la troisième plus grande ville de Suisse, qui est plus proche ( au nord d'où  vivent les familles ) que toute autre grande ville française. Depuis que l'Alsace est à nouveau une région française, elle est souvent confondue avec la Lorraine. Ces deux régions ont été régulièrement annexé par les allemands lorsqu'ils gagnaient la guerre. L'Alsace est maintenant partagée en deux départements français. Le Bas-Rhin partie basse du Rhin et le Haut-Rhin partie supérieure du Rhin. Le Bas-Rhin est au nord et regroupe plus de Dangel que d'autres régions françaises, exception faite du Haut-Rhin, qui est la partie sud de l'Alsace : la Haute Alsace. La plupart des Dangel sont originaires d'Allemagne, de régions limitrophes au Rhin (fleuve frontière entre l'Allemagne et la France), du sud de l'Allemagne ou de la Suisse, dans la région de Zürich. Presque tous Dangel qui n'ont pas emmigrés, sont regroupés sur une région où la France, l'Allemagne, et la Suisse ont des frontières communes.
   Pour ceux qui ne connaissent pas l'Alsace, la culture est avant tout une culture germanique avec des empreintes françaises : population, culture et nourriture...Cette région a maintes fois changé "de mains" depuis que les Habsburg étaientt forcés de vendre la région au roi de France après la guerre de trente ans (guerre de religion) en 1648. Elle appartenait au diocèse de Bâle, maintenant Suisse, jusqu'à la révolution française (1789). Même la Suisse, n'était pas indépendante jusqu'en 1815. La langue alsacienne ou "l'elsasser" est la langue maternelle de beaucoup d'alsaciens, mais ils se considèrent définitivement comme français. Je considère qu'un quart de moi n'est pas alsacien, français ou allemand, mais en tous. Cependant, ils seraient plus accessibles s'ils parlaient anglais ou mieux encore anglo-américain comme moi ! Si les anglais avaient seulement gagné la guerre de 100 ans ! Depuis que Guillaume le Conquérant, de Normandie, prenait l'Angleterre, les descendants normands français étaient absorbés en la langue Anglaise. Je peux deviner beaucoup de mots français que nous avons dans notre langue. Cependant, ils ne sont jamais prononcés de la même manière. Malencontreusement, à l'âge avancé de 50 ans, emballer ma langue autour de n'importe quoi d'autre qu'un wurst est plutôt difficile. Avec les épis de maïs collés dans mes oreilles, je n'entends pas trop bien l'un ou l'autre!
   De retour en Alsace après avoir visité des cousins en Slovénie, je réalisais que j'étais un petit enfant en attendant que d'autres traduisent pour moi ( désolé Alain). C'était très gentil que des cousins, des filles (et fiancé Emile), et des voisins parlent pour moi. Je suis certain que c'était tout aussi difficile pour mes cousins de communiquer avec moi dans leur propre langue, qu'il ne l'était pour moi, qui n'est capable de communiquer en tout autre langue que l'anglais. J'employais un dictionnaire en Slovénie quand il n'y avait personne pour traduire ; et lorsque je revenais en Alsace, pour la troisième partie de mon voyage en Europe, j'achetais un petit dictionnaire français - anglais ! Je suis un débutant lent ! Parfois j'employais mon ordinateur pour traduire un message pour des cousins.
   Pour ceux de vous qui ne connaissez pas comment Papa et moi rencontrions au début nos cousins alsaciens, voici l'histoire : (1) Nous avions des adresses et numéros de téléphone de Jerry Berch et Louis Willig, cousins de Californie qui les avaient visités près de 30 années auparavant;  (2) Depuis, nous ne savions pas parler français, et nous ne pouvions pas juste appeler des étrangers. Ce n'était pas plus faciles en leur écrivant dans une langue nous ne connaissions pas;  (3) Nous prenions juste le chemin le plus facile en allant sonner à leur porte; (4) Papa et moi montrions un petit morceau de papier avec nos noms, et ceux de mon grand-père Robert Dangel, arrière-grand-père Alexis Dangel, et arrière-arrière-grand-père Ferdinand Dangel; (5) Sans grande surprise pour nous (peut-être pour nos hôtes également), les Dangel que nous visitions ne pouvaient savoir que nous étions Dangel, et nous établissions bientôt comment nous étions liés. L'allemand parlé par mon père était très apprécié  jusqu'à ce que quelqu'un trouve une personne pour traduire le français et l'anglais.
   D'abord nous nous en remettions aux Willig, ils nous trouvaient un des Dangel et nous avions bientôt Alain Baysang comme traducteur pour Willig. Lui et son père Bernard nous emenaient aux alentours, dans la campagne pour visiter des cousins perdus (une longue période) ! Emile Ruetsch est apparut en même temps que les Baysang. Emile a recherché la généalogie de la famille en Alsace, et il nous fit découvrir le frère aîné de mon arrière-arrière-grand-père Ferdinand, et comment nous avions un rapport avec Antoine Dangel, le boulanger. Nous avons rapidement trouvé la grand-mère d'Antoine qui était la plus jeune soeur de la grand-mère de mon père, Josephine Dangel Willig (Willig et Dangel sont liés). Nous avons visité Antoine, et nous avons été invité au domicile de la tante de son voisin : Alice Dangel Muller. Une journée n'était pas suffisante pour visiter tout le monde... Après cette visite nous allions chez Pierre Dangel, puis l'oncle d'Antoine, Athur Dangel. La grand-mère d'Emile était une Dangel s'il était un cousin,... c'en était de trop !
   J'ai utilisé mon ordinateur de traduction pour comprendre les pages que j'ai inséré dans mon ordinateur. J'ai une histoire brève du Sundgau, deux articles courts concernant Durlinsdorf, et deux volumes à propos de la famille Dangel et Juen. Le dernier était écrit par Emile Ruetsch (dont la grand-mère était une Dangel). Son oncle Dangel et le mien sont originaires du moulin de Bendorf, qui est à mi-chemin entre Durlinsdorf et Bendorf. Emile est aussi un historien. Il a transcrit de vieux documents à partir d'originaux en vieil allemand et vieux français en français moderne, et il a fait des recherches sur la minoterie de la famille (à l'énergie hydraulique bien sûr). Ses interprétations sont très biens. J'ai été assez occupé depuis que je suis revenu chez moi pour traduire tout ce qui a été écrit sur ma famille française ! Mon grand dictionnaire français-anglais m'a bien aidé, mais l'ordinateur ne reconnaît pas tout.
   La recherche d'Emile sur le moulin de Bendorf, qui est sur une de mes cartes détaillées, a été un cadeau pour moi ! Peut-être fera-t-il la même recherche pour savoir où nos meuniers de Dangel vécurent auparavant à Moos, maintenant Mooslargue. Il y a encore des Dangel à Mooslargue, quoique les miens n'étaient présents que quatre générations. Il y en également à Bendorf et Durlinsdorf. Quatre générations de mes ancêtres y vécurent. Il y a quatre générations de Dangel qui vivent aux Etats-Unis (et un peu une cinquième génération).
   J'ai réellement aimé mes visites en Alsace malgré que je n'ai pu rendre visite à tous les cousins que j'ai . Ce serait très interressant de rencontrer tout le monde et ainsi de tous les connaître. J'ai beaucoup apprécié mon séjour trop court. Il y a quelque chose d'extrêmement satisfaisant d'avoir été très près de l'endroit où mes ancêtre vécurent. Il me semble que je suis attiré par eux. Visiter et voir comment mes cousins vivent est très intéressant. Celà aide à comprendre comment les gens vivent, ce qu'ils boivent et mangent. Les architectures modernes et anciennes sont intéressantes et très contrastées par rapport à ce que je suis accoutumé aux Etats-Unis.
   J'ai seulement dénombré à peu près la moitité des cousins en Alsace comme en Slovénie, bien qu'il y ait encore beaucoup de cousins à mon grand-père de vivant. Il y a approximativement, 21 cousins d'un premièr degré par rapport à mon grand-père, et 129 descendants comptant des descendants par mariage,  que je ne connaîsse pas.  Aux Etats-Unis il y en a 12 dans la génération de mon grand-père avec 75 descendants. Je souhaite de les visiter pour dénombrer tout leur descendants !
   Ce serait très gentille si quelqu'un en Alsace pouvait organiser pour moi une réunion l'année prochaine. Elle n'a pas besoin d'être très formelle. Nous aurions juste besoin d'un endroit où nous pourrions nous rencontrer et manger ensemble. Cette réunion ne rassemblerait que les cousins des Familles Dangel et Willig qui souhaiteraient rencontrer leurs propres cousins. Des rencontres séparées pourraient être organisée pour les familles Dangel et Willig si celà était désiré. Et ceux qui auraient un rapport avec les deux familles pourraient bien sûr participer aux deux réunions. Beaucoup ne se connaissent pas ou ne rencontrent que les mêmes cousins. A cette occasion, ils ont toujours beaucoup à ce raconter lorsqu'ils m'y enmenaient ! Je suggere en endroit au Sundgau, peut être à Bendorf, Durlinsdorf ou Mooslargue. Est-ce quelqu'un a une suggestion pour un endroit, et y a-t-il des volontaires pour aider l'organisent ? Si personne ne veut organiser une réunion alsacienne, nous viendrons voir ceux que nous en fonction du temps que nous aurons.
   J'attends de revenir en Alsace au printemps 1998, avec éventuellement mes parents. Nous attendons d'avoir une réunion avec notre famille Slovène, peut être en Mai. Eventuellement, nous pouvons venir à la mi-Mars, lorsque ma fille Helen ira visiter Laura à Paris lors des vacances universitaires. Est-ce que la fin Mars serait un bon moment pour chacun ? Où trouver un interprète pour Avril ou qui pourrait le faire ? Helen a étudié plus longtemps le français que sa soeur Laura (2 années au lycée et 2 années à l'université).
 
Alexis Dangel 
(1870-1954)
Arrière-grand-père



 
Ferdinand Dangel
(1841<1925)
Arrière-arrière-grand-père



 
    Je désire m'excuser auprès de ceux que je n'ai eu la chance de visiter, de ceux que j'ai dérangés. Je voulais réellement visiter le plus de cousins possible. Mais c'était difficile avec les personnes qui devaient travailler ! Je connais ceal, je travaille depuis de longues années et je dois encore travailler pour me payer les voyage et mon confort. Il y a encore des Dangel et des Willig que je n'ai pas rencontré en France. Si vous désirez me rencontrer, je serais heureux de faire votre connaissance !
   Quand je serai en Alsace, je dois apprendre quel est le meilleur moment pour rendre une visite. Peut-être y aura-t-il quelqu'un pour traduir si Helen n'est pas disponible. Je peux trouver des mots dans le dictionnaire, comme je le fais fréquemment dans ma quête en généalogie, mais je suis incapable de les employer. Je requiers de connaître certains mots pour être capable de communiquer oralement en allemand ou français.
   Mon voeu serait bien sûr de connaître le français et le slovène. Mais mon oreille n'est pas assez bonne pour entrendre le slovène et le français et ma langue se refuse à les parler. Peut-être Berlioz pourrait aider (une langue formant le produit). Les deux régions, la Slovénie et l'Alsace ont été possédé ou occupé par les allemands ou autrichiens lors des siècles derniers siècle et la langue allemande y est comprise ou parlée. Je pourrais apprendre avec mon père, qui parle allemand,  et qui l'a appris de ses parents. Mon père semble prêt à étudier l'allemand oral. A la vitesse où nous apprenons l'allemand, nous allons devoir nous mettre à la recherche d'un interprète français professionnel ! Qui connais une personne volontaire ou que nous pourrions embaucher pour une semaine ?
   Ma mère, Margaret Louise Dangel Claire, semble intéressée par un voyage en Europe. Sa famille est aux Etats-Unis depuis très longtemps. Ils sont arrivés dans les années 1600 avant qu'il n'y ait d'Etats-Unis. Le dernier était notre ancêtre Fergus qui vint d'Ecosse en 1833, à moins que ayons de nouvelles informations sur d'autres origines. La famille de ma mère n'est pas facile à localiser, parce qu'ils venaient de toute la Grande Bretagne. Il y a eu tant de générations, qu'il n'est pas aisé de trouver des personnes avec le même nom.
   Je prévoie d'utiliser les données et anecdotes que j'ai recueilli, avec des photos et des cartes, pour écrire un livre, ou peut-être deux. Ils ne seront vraisemblablement pas publiés, juste édités sur une imprimante. La dernière version de logiciel de création d'arbre généalogique a la carctéristique de pouvoir écrire des livres, il recherche également la possibilité de regrouper des familles. 

Album d'images d'Alsace
Retour à la page de recherche des racines de Jim en Alsace,
en anglais
Centre Departemental d'Historie Des Familles :
Les Dangel - Dengel - Dengelin - Dangeli, en Français
Or, the above in English


James R. Dangel
1504 Sawmill Creek Road
Sitka, Alaska 99835 USA

Phone:    907-747-3348

Email:

Hiding my address underneath to avoid getting spam and unsolicited viruses has not worked very well. You will have to type in my email address from the picture file above. Perhaps you will also have to verify that you are a real person and not a robot if you are not in my mailing list. I apologize, but I know of no other good way to limit the junk mail.


Return to Jim's

Home Page